D’auteur de chansons à auteur de romans

De l’écriture d’une chanson à celle d’un livre… il n’y a qu’un pas, qu’il faut oser franchir !

Il semble que l’on évoque deux univers très différents et pourtant.

La première constante qui me permet d’écrire est la même : un thème inspirant. Je ne peux coucher des mots sur le papier que si je ressens au plus profond de moi le besoin de parler d’un sujet. Je dirai même que ce thème est le carburant dont j’ai besoin pour écrire. Je ne suis pas du tout certain qu’il en soit de même pour tous les auteurs. Il y a, me semble-t-il, des écrivains capables d’écrire sur des thèmes imposés avec beaucoup de talent. Je ne suis pas convaincu que tous les sujets les inspirent forcément.

Ma deuxième constante est : une direction où aller avec un cap à tenir. Pour ne pas partir dans tous les sens et se laisser emporter par le flot des mots. Que ce soit dans l’écriture d’une chanson ou pour celle d’un roman, j’ai besoin de me fixer un cadre dans lequel mon inspiration pourra s’exprimer. Sans ce cadre, les couplets seraient infinis, les refrains sans fin et le roman, toujours en phase d’écriture posé sur mon bureau page 1000…

Enfin, ma troisième et dernière constante est plus évidente pour l’écriture d’une chanson : j’ai besoin d’une mélodie qui s’impose dans ma tête, sur laquelle je vais m’appuyer pour poser mes mots. Sans cette petite musique, ou ce riff endiablé, je n’ai pas la même inspiration pour écrire.

Pour l’écriture du livre, il n’était pas question de musique. En fait, c’est le film de l’histoire qui s’est imposé à mon esprit. Les personnages, je les voyais aussi nettement que je pouvais entendre une musique dans ma tête. Les préparatifs au combat, les charges de cavalerie, les discours enflammés de la reine, je les voyais et je les entendais tout en les écrivant. Je ne sais pas si le parallèle que je fais avec la mélodie d’une chanson est judicieux, mais cela m’a facilité l’écriture qui a consisté à décrire du mieux que je pouvais ce que je voyais…

Voici ma bien modeste réflexion sur cette passerelle, qui m’a permis de franchir le pas d’auteur de chansons à auteur de romans sans autres difficulté, que celle connue de tous, à savoir : la fameuse confiance en soi.

Même si le doute nous permet de nous questionner et de progresser, il nous paralyse également et nous empêche d’avancer. Alors, à vos stylos et faites chanter et vibrer vos mots que nous aurons plaisir à lire !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.