JEAN DE LA FONTAINE

1621 – 1695

Les textes du Poète, fabuliste, romancier, font preuve d’une longévité exceptionnelle.

Lequel d’entre nous ne s’est pas endormi en récitant « le corbeau et le renard » ou « le lièvre et la tortue ». Pour ma part, ce sont les vers de la fable « les animaux malades de la peste » qui résonnent encore dans ma mémoire. La description des attitudes des différents groupes sociaux n’a hélas pas pris une ride, les puissants sont toujours les mêmes, les courtisans n’ont pas changé et les misérables n’ont toujours pas voix au chapitre…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.